qg pour certadhil 3 Index du Forum
 
 
 
qg pour certadhil 3 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

RP Certadhil Iryanna Ariennal

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    qg pour certadhil 3 Index du Forum -> Role Play -> RP personnel.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Iryanna Arienal
Gardiens du QG

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2010
Messages: 89

MessagePosté le: Mar 2 Nov - 13:22 (2010)    Sujet du message: RP Certadhil Iryanna Ariennal Répondre en citant

A ceux que les vents guident sur les océans, si vous naviguez longtemps vers le soleil couchant, vous atteindrez cette mer que l'on dit de la tranquillité, car nulles vagues ne viennent onduler à sa surface, nuls vents viennent gonfler les voiles des bateaux qui se perdent sur ses eaux et nuls courants ne viennent faire dériver les vaisseaux qui s'arrêtent en ces lieux. Si vos rameurs sont suffisamment puissants et résistants, ou que vous êtes suffisamment charismatique pour les forcer à ramer, reprenez votre route, plein sud cette fois. Evidemment, n'essayez pas de pêcher, là où il n'y a pas de courant, il n'y a pas de poissons, j'espère que vous avez prévu beaucoup de provisions ? Bref au bout d'une lune et demie, peut-être apercevrez vous une large île, presque un continent, aux premiers abords dépourvus de civilisation. Comptez deux lunes, si vos rameurs sont lents, mais si à la troisième il n'y a toujours rien, apprenez à votre navigateur à se servir d'un compas.
Supposons donc que vos hommes soient compétents et avancez encore un peu, avoir fait tout ce chemin pour faire demi-tour maintenant que l'on aperçoit une terre, ce serait idiot, et puis vos rameurs ont besoin de repos !
Si vous aimez perdre du temps, faîtes en le tour, vous constaterez que ce fameux continent pourrait avoir la forme d'un trident sans manche. Chaque pique de sa fourche étant bordé de falaises, les pointes jointes entre elles par des récifs coralliens. Spectacle grandiose donc, et émerveillement pour les yeux, de voir ce contraste entre la mer d'un bleu turquoise, ces coraux aux couleurs chaudes, et ces falaises d'un gris terne. A l'aide d'une longue vue, observez les falaises et prêtez attention aux grottes qui en parsèment la base. Oui, là où l'eau semble devenir aussi sombre que l'huile qui sert à vos lampes. Si vous êtes attentif, vous apercevrez des mouvements sous la surface, des ombres presque aussi grandes qu'un homme qui ondulent de manière gracieuse.
Oh non! J'entends d'ici votre pensée dictée par votre estomac et votre palais qui aimerait sentir autre chose que l'âpre goût de la viande trop longtemps séchée ou des algues trop mal préparée. Mais je vous déconseille vivement d'envisager de vous servir de ses poissons là pour étancher votre faim et satisfaire vos papilles! Prêtez d'avantage attention aux fonds marins et constatez le nombre de navire semblable au votre gisants au fond de l'eau, certains semblent éventrés, ou broyés contre la falaise. Voilà, vous êtes calmé ? Parcourez la falaise jusqu'à la base de la pique. Là une plage de sable fin, et plus loin une forêt ! Quelques gibiers pourront bien vous convenir. Engager donc votre embarcation entre les deux falaises et forgez votre caractère. N'écoutez pas les magnifiques poissons au buste de femme qui maintenant font surface pour vous vanter les mérites d'une vie passée à leur côté. Leur chant issu des profondeurs est certes des plus mélodieux, et leur beauté est des plus tentantes, mais prêter l'oreille à leur voie c'est signer son arrêt de mort. Assommez donc ceux qui tentent de passer par-dessus bord, vous aurez besoin d'eux pour le retour.
Approchez vous suffisamment de la côte, laissez quelques gardes sur le bateau et terminez en canot avec partie de votre équipage. Enfin sentez votre barque touchez le sol, sautez dans l'eau et marchez péniblement jusqu'à la rive. Là félicitez vous d'avoir pu accoster sur cette île que l'on nomme Sirenedhil !
Armes en main, longez la forêt sans trop vous y aventurer, la rencontre avec les monstres marins à quelques peu refroidit vos ardeurs, et vous n'aimeriez pas faire de mauvaises rencontres. Prenez donc la direction de l'est, et constatez qu'une route pavée passe ici, longeant la plage pour s'engouffrer dans la forêt et sillonnant sur une large plaine en direction de la falaise. Commencez par vous poser de multiples questions. Y a-t-il une civilisation ici ? Les sirènes sont elles capables de progresser sur terre ? Frissonnez à la vue d'une tour de garde dominant la zone un peu plus loin et rassurez vous en voyant l'étendard d'un ordre que vous connaissez peut-être sous le nom de FIRMIR qui flotte à son sommet. Posez vous encore quelques questions en vous demandant comment il est possible que vous n'ayez aperçu aucun signe d'activité humaine, et continuez dans cette direction. Là vous serez très certainement arrêtez par une patrouille composée d'une dizaine de paladins. Bien sur parlez leur poliment, et lorsqu'ils vous demanderont ce que vous faîtes ici, répondez leur que vous venez d'un continent lointain, que vous vous êtes perdus en mer et que vous cherchez désespérément un endroit où vous reposer. Ce n'est pas très crédible certes, mais n'oubliez pas que vous parlez à des paladins. Attendez donc qu'ils envoient un pigeon messager, en restant toujours calmes et courtois, et si vous avez de la chance, peut-être reviendra t'il avec l'autorisation de vous laisser passer. Laissez là vos armes et suivez donc la patrouille qui vous escortera jusqu'à un château. Ne vous plaignez pas trop en route de la marche trop rapide ou de la pente trop importante, encore une fois n'oubliez pas que ce sont des paladins, eux sont en armure de plaques. N'oubliez pas de saluer en passant les paysans qui cultivent les champs, et les bergers qui mènent leurs troupeaux, pour vous présenter auprès de vos gardes sous votre meilleur jour.
Constatez que le chemin s'enfonce dans un défilé dont les pans de la falaise forment les bords, et arrêtez-vous devant le massif monument qui se dresse enfin devant vous. Reprenez votre souffle pendant que les lourdes portes d'entrées pivotent et observez ce qui se dresse devant vous :
Agrippées aux falaises, les habitations dont les façades blanches reflètent presque la lumière du soleil. Sur la gauche, un potager où poussent légumes et fruits aux couleurs appétissantes. A droite, une forge juxtaposant ce qui semble être un terrain d'entraînement d'où s'élèvent les voies fortes de quelques instructeurs. Au centre, un donjon flanqué de quatre tours blanches aux toits pointues, trône sur l'ensemble.
Inquiétez vous du nombre peu important de troupes que vous croisez et laissez vous diriger jusqu'au donjon, puis à la salle de réception. Là enfin rencontrez la maîtresse des lieux : bottes de cuirs noirs aux pieds, pantalon souple, cuissardes et armure de cuir noir ornée de clou argentés, ses cheveux blonds tirés vers l'arrière se terminant en queue de cheval dénotent avec le visage aux contours fins. Notez l'absence de maquillage, les cernes sous ses larges yeux bleu et les sourcils froncés lorsqu'elle vous aperçoit mais n'ayez pas peur, en d'autre temps elle aurait pu être belle. Oh j'oubliais, ses oreilles trop longues et trop pointues pour être humaine !
Discutez un moment avec elle, ou plutôt répondez à ses questions, évitez de mentir bien sur, alors seulement si votre compagnie ne la dérange pas trop, elle acceptera de vous avoir à sa table le soir. En attendant vous pourrez vous déplacer librement. Bien évidemment, trop pressée par le temps, elle ne vous en accordera pas d'avantage et vous allouera quelques valets ayant ordre de satisfaire vos besoins. Soufflez un peu faîtes le tour de la propriété, parlez avec les hommes si cela vous chante, peu vous répondront. Revenez donc à l'heure du dîner et partagez le repas avec la dame et ses officiers, les plats ne sont pas les plus raffinés, mais les cuisiniers sont doués, savourez donc les sauces qui accompagnent les viandes. Profitez de la détente générale pour discuter d'avantage et si vous êtes curieux, abordez le sujet qui vous a inquiété tout à l'heure. On vous répondra que les hommes ont été mobilisés pour la guerre, 80% de la garnison de la dame se prépare à faire route vers un continent maudit du nom de Certadhil. Intéressez vous d'avantage à cet évènement et on vous répondra que trois des convives présents accompagneront la dame :
Un certain Eldrad qui a longuement étudié la magie noire, et qui prétendra pouvoir aider les hommes à voyager vers l'au-delà sans craindre de se voir rappelé par quelque nécromancien.
Un dénommé Faeruithir, général d'armée connu pour avoir mené aux côtés de la dame de nombreuses campagnes, et un certains Phoque. De ce dernier on ne vous dira pas grand-chose, mais constatez que l'animal « de compagnie » aussi étrange que cela puisse paraître est présent à table. Tendez l'oreille et peut-être l'entendrez vous marmonner quelques paroles. Ne posez pas trop de question et terminez votre repas.
Un à un les convives s'en iront, et si vous faîtes mine de vous intéresser à lui, le phoque restera un moment.
Demandez lui ce qu'il est, et en le flattant quelque peu (je sais c'est difficile étant donné son haleine pestilentielle) peut-être vous contera t'il son histoire.


 
"Autrefois j'étais humain, jeune, beau et un peu insouciant. Je pratiquais la magie et étant assez doué, je pu entrer dans une école de magie. A force d'apprentissage et après quelques longues années d'études, je compris qu'il en existait de nombreuses formes, et que celle qui nous était apprise n'était et de loin pas la plus puissante. J'avais soif de pouvoir, je voulais faire changer les choses, pourquoi nous restreindre à une seule magie alors que le monde pouvait s'ouvrir à nous si l'on en comprenait tous les rouages, et toutes les facettes ?
Je passais rapidement mon diplôme et m'enfermait dans quelque manoir isolé, pour étudier encore et encore ! Mais je compris très vite qu'une vie ne suffirait pas à tout apprendre, à tout comprendre alors je me suis lancé dans un projet fou. Il me fallait devenir immortel !
J'ai lu et relu des centaines d'ouvrage parlant du sujet, j'ai parcouru des centaines que dis-je des milliers de kilomètres pour trouver quelque artefact censé apporter ce genre de pouvoir, mais bien aucun n'a fonctionné, et ma vie toucherait bientôt à son terme...
C'est alors seulement que j'eus l'illumination, la magie noire pouvait être la solution ! Depuis le début j'étais partie sur de fausses bases, je voulais prolonger l'existence de mon corps, alors que seule mon âme comptait. Si les nécromants étaient capables d'animer des cadavres, et que parfois certains de ces cadavres étaient par on ne sait quels miracles capables de leur échapper, c'est que l'âme du sujet gardait une sorte d'intégrité, un nécromant ne faisant qu'obliger l'âme à lui obéir. J'avais lu bien évidemment de nombreuses choses sur la magie noire, et je conclus que le meilleur moyen de vivre éternellement, était bel et bien de prendre possession d'un corps et d'y transférer mon âme. Si on prend comme postulat de base qu'un nécromant utilise un cadavre pour créer des êtres animés par sa volonté, c'est que l'âme d'un humain est trop « puissante » pour qu'on en prenne si facilement le contrôle, ou en tout cas opérer des manipulations dessus. Je voulais donc créer une technique qui me permette de transférer mon âme de corps, et obligeant celle de mon sujet à entrer dans le mien. Technique moins dangereuse, et beaucoup plus simple que détruire l'âme du sujet pour prendre possession de son corps... Surtout que de fait il risquait de passer par un état de « mort », donc le corps de cesser de fonctionner puis de pourrir petit à petit.
J'effectuai mon premier essai d'échange avec un pigeon, l'esprit d'un animal étant moins puissant que celui d'un humain. Ce fut un succès total ! Je jubilais à l'idée que l'expérience pourrait à termes fonctionner sur un humain et profitais de mon nouveau corps. Malheureusement le temps que je fasse le tour de ma propriété en volant, le pigeon dans mon corps en avait profité aussi. Ne maîtrisant pas ses mouvements, il avait renversé tout ce qui se trouvait dans mon laboratoire, y compris les bougies qui éclairaient mon laboratoire. Paniqué par les flammes, il avait dû tenter de s'envoler par la fenêtre... Mon corps désarticulé gisait quelques mètres plus bas, et mon manoir était en feu... »
Non ! Ne riez pas : il pourrait mal le prendre et vous jeter quelque sort qui vous empêche de trouver le repos éternel. Laissez-le donc continuer.
« 
J'étais donc prisonnier de mon nouveau corps, avec la puissance d'esprit d'un pigeon... Si tant est qu'il est difficile de prendre possession d'un humain vivant lorsque l'on est humain, cela l'est d'avantage lorsqu'on est un pigeon. J'ai donc erré des années durant, changeant de corps régulièrement, échangeant le corps du pigeon avec celui d'un aigle qui tentait de me dévorer. D'aigle je suis devenu chien qui me chassait, à rat qui passait par là alors que je touchais à la fin de ma vie etc. Je suis passé par le corps de centaines d'animaux pour atterrir dans celui de ce phoque. C'est alors que j'ai rencontré la dame Ariennal, qui errait sur un radeau suite à la débâcle de son armée. J'avais faim et elle me donna du poisson. Pour la première fois je crus pouvoir utiliser une elfe, ne sont-ils pas censés être des amoureux de la nature, pour parvenir à mes fins. J'usais de mes années d'expériences pour ne pas être chassés ou même détruit, ma nature d'animal parlant étant souvent interprétée comme un signe démoniaque ou de mauvais présage, et mon esprit suffisamment aiguisé avec les multiples transferts effectués pouvaient peut-être me permettre de prendre le control d'un nourrisson. Malheureusement cette elfe là n'était pas si amoureuse de la nature que ça, et je fus vite percé à jour. Depuis lors elle me fait surveiller afin que je ne commette pas d'impairs, et ayant une pseudo dette envers moi du fait que je l'ai un jour aidée, me fournit de temps à autre un corps de phoque pour que je puisse en changer. Maintenant je suis coincé sur cette satanée ile, je serais incapable d'en partir ces satanés poissons-femmes tuent tout intrus qui s'aventurent en leurs eaux, et ont l'esprit équivalent en puissance à celui d'un humain, voir d'avantage. Mais il me reste un espoir : Certadhil. »
Si vous lui demandez pourquoi elle, qui semble si méfiante à son égard, l'emmènerait sur ce continent si dangereux, il vous répondra en ces termes :
« 
Mon savoir sur la magie noire est immense ! Je pourrais donc lui apporter bon nombre d'informations sur les démons qu'elle est susceptible d'y rencontrer. En échange, elle m'obtiendra un corps humain... Un petit mal pour un plus grand bien selon ses dires. Mais l'une des raisons pour lesquelles je l'accompagne, et qu'elle ne dira pas, c'est qu'elle pourra mieux garder un oeil sur moi là bas. Elle ne possède pas beaucoup de terres, et celles-ci seront dégarnies de majorité de leur troupe pour la guerre. Elle ne prendrait pas le risque de me laisser sans suffisamment de surveillance et avec un peu de liberté d'action... »
Dîtes lui alors que la fatigue se fait sentir et que vous désirez aller vous coucher, avant qu'il ne se lance dans de longs discours exprimant toute la haine qu'il éprouve à l'égard de sa geôlière. Et passez une bonne nuit dans des draps chauds, demain d'autres surprises pourraient vous attendre.
_________________
"Non nobis Domine, Non nobis sed nomini tuo da Gloriam"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Nov - 13:22 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Iryanna Arienal
Gardiens du QG

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2010
Messages: 89

MessagePosté le: Mar 2 Nov - 13:24 (2010)    Sujet du message: RP Certadhil Iryanna Ariennal Répondre en citant

"O toi Tosrm dieu du Bien, je t'implore : aide moi.
Que m'importe le prix que j'aurais à payer,
Bientôt, par ta volonté ma main frappera,
O toi mon dieu, pourfend le mal par mon épée. "
Nous sommes la lune 989, il est 6h00 du matin et moi, Nolaan Kryss, je prie car j'espère. Je ne suis pas bien né, je ne suis pas riche, je n'ai pas d'éducation, simple homme du rang, paysan que l'on a brièvement formé, et à qui l'on a fourni un équipement sommaire. Je me suis engagé dans l'armée parce que je voulais devenir paladin, fier soldat en armure, craint par ses ennemis et respecté de ses amis.
J'ai tout fait pour être accepté parmi eux : Je respecte parfaitement leur emploi du temps !
Levé 6h00, prière 30 minutes, petit-déjeuner 10 minutes, nettoyage de l'armure, préparation de l'équipement 20 minutes, entraînement sur mannequin 2h30, messe commune 1h, marche forcée 1h30, repas 15 minutes, prière 15 minutes, entraînement contre adversaire 4h, (les moins doués passent alors la soirée à panser leurs blessures) méditation 1h, marche forcée 1h30, cours de stratégie 1h, prière 15 minutes, dîner 15 minutes, quartier libre 30 minutes, entraînement divers 3h00, quartier libre 30 minutes, prière 30 minutes, extinction des feux à minuit.
Malheureusement, il m'est impossible de me faire remarquer ici, voilà pourquoi ma décision fut prise : embarquer pour Certadhil, la chance de ma vie, de ne pas seulement attendre et les regarder avec admiration, mais bien de devenir l'un d'eux !
Nous sommes la lune 989, il est 13h et le cor de rassemblement sonne : l'heure approche. Les volontaires au départ pour le continent maudit sont tous là, formant le rang. On nous a rassemblés pour la première et la dernière inspection avant l'embarquement. Nous attendons, tous le visage fermé et tourné vers l'entrée du donjon de laquelle est censée sortir dame Ariennal.
« O Tosrm dieu du Bien, je t'implore je te supplie,
Épargne-moi de la peur et de la folie
Bientôt pour combattre le Mal je partirais,
Ô mon dieu, fait que je ne faiblisse jamais»


-----------------------------------


*Bon qu'est ce qu'elle fout la grande chef, l'attend quoi là ??? Ca fait je sais pas combien de temps qu'on attend comme des glands ici, on n'a pas que ça à faire ! C'est bien une nana ça tient, lui faut 3h pour se préparer, au train où ça va, j'aurais plus vite fait d'y aller à la rame à Certachose. Et pourquoi il marmonne l'autre taré à côté, c'est stressant à la fin !*
Nous sommes la lune 989 et cela fait 1h qu'on poirote au milieu de cette place pourrie. Ca pue la sueur à cause de ceux qui cuisent dans leurs armures et j'ai mal aux jambes à force de rester debout à rien faire. Moi ce que j'aime c'est la baston ! N'importe laquelle, de la bagarre de taverne on ne peut plus amicale au massacre grandeur nature sur un champ de bataille. C'est vrai, je connais pas de meilleur moyen que de se sentir « en vie » après une belle boucherie. Ca se décrit pas si on l'a pas vécut : l'adrénaline pendant, on réfléchit plus on frappe encore et encore, pour survivre ou des fois juste pour se marrer. Après vient la fatigue, le goût du sang dans la bouche, la douleur de tes muscles ou alors de tes blessures, et si tu surpasses ça, t'atteint le nirvana. Je déconne pas, si tu passes cet état de loque sur patte qu'en peut plus tu commences à te sentir bien d'un coup, t'as l'impression de flotter dans les airs et massacrer sans forcer, tu sens plus rien, t'es dans état second. Et quand c'est enfin fini, et que t'es pas mort entre temps bien sur, t'as comme un sentiment de puissance qui t'envahit en voyant les tas de cadavres autour de toi! Bon après y a toujours les pillages, les viols etc, où tu profites de ta vie comme personne ne le ferait jamais. Parce que à ce moment là toi pauvre pignouf que t'es, t'es un dieu, t'as tous les droits, tous les pouvoirs, parce que t'as gagné et t'as survécu.
C'est pour ça que je me suis engagé et c'est pour ça que je pars pour Certadhil. Ici y a plus rien à faire, plus de gens à tuer, les bagarres amicales c'est sympa, mais on s'en lasse au bout d'un moment. Ma seule chance de me tirer de ce trou c'est d'aller là bas. Bon pour les viols c'est pas gagné paraît que y a que des morts-vivants sur place ou des démons... remarque c'est peut-être sympa au pieu une harpie ? Ou même une succube ? On verra quand on y sera. Pour l'instant on attend et ça commence à me gonfler sévère. Ah ! Ca y est voilà le général, pis le freluquet un peu bizarre qui parle jamais, le phoque dans lequel on a toujours envie de taper, je sais pas pourquoi mais je pense que si on me laissait seul dans une pièce avec lui j'en ferais de la chaire à saucisse. Pis la grande chef pfiou, pas trop tôt.
Bon elle passe dans les rangs j'en ai marre mais j'en ai marre...


-----------------------------------


Iryanna scrutait chaque visage, s'arrêtant ici et là pour toiser l'homme qui lui faisait face. Au bout d'un moment l'un d'eux eu le malheur de baisser les yeux sur elle.
- Oui ?, demanda t'elle froidement 
Le paladin se reprit aussitôt et refixa son regard droit au loin.
- Rien madame, j'ai hâte c'est tout.
- Oh ? Foutez moi le camp.
- Mais ...
- Obéissez soldat ! , et tandis que celui s'éloigner elle reprit élevant la voix de sorte que tous l'entende.
- Je veux de la discipline. Il a hâte ... Toi là, désignant au hasard quelqu'un dans le rang. De quoi as-tu hâte ? »
Le paladin désigné fait un pas en avant pour prendre la parole, et hurle presque.
«- Je n'ai pas hâte. 
- Oh ? »
L'elfe s'avance jusqu'à lui, le saisit par le col de l'armure pour l'abaisser à son niveau, et le regarde un moment droit dans les yeux.
«- Tu mens. Dégage, joignant le geste à la parole elle éjecte l'homme sur le côté, qui ne comprend pas davantage que le premier ce qui vient de lui arriver »
«- Je repose ma question. De quoi avez-vous hâte ?
Un guerrier visiblement plus téméraire que la moyenne avance d'un pas
«- Hâte d'en découdre avec l'ennemi, fier de sa réponse il recule pour retourner dans le rang. 
S'approchant :- Quel ennemi ?
- Les morts-vivants.
- Qu'est ce qui vous fait croire que les morts vivants sont nos ennemis ?
Décontenancé par la question, le soldat commence à se demander s'il n'aurait pas mieux fait de se taire.
- He bien, ils sont le Mal. Il faut donc les éliminer.
- Qu'est ce qui vous fait croire que tous les morts-vivants sont le mal ?
- Par ce qu'ils sont et ce qu'ils font.
- C'est-à-dire ?
- He bien, ils tuent des gens, ils les mangent...
- Ah. Et vous ne tuez personne vous ?
- Si mais....
- Mais ?
- He bien, je tue les morts-vivants pour le bien de tous.
- Qu'est ce qui vous fait croire que « le bien de tous » c'est la disparition des morts-vivants ?
- Parce qu'ils sont mauvais.
- Idiot. Tu étudieras la question dans la chapelle là-bas, pendant disons les 50 prochaines lunes.
- Bien madame, répond-il déprimé.
- Nous ne combattons pas les morts-vivants. Nous combattons ceux qui les dirigent. Nous tuons les nécromanciens qui les animent pour les mauvaises raisons ou à de mauvaises fins. Et si malheureusement il nous faut affronter des légions de damnés pour y arriver... C'est ce que nous ferons ! Mais JAMAIS nous ne tuons un mort-vivant parce qu'il est non mort. Ceux qui ne sont pas d'accord avec ça peuvent partir.
Personne ne bouge et elle reprend sa marche dans les rangs.


-----------------------------------


Tout le monde sait qu'ici personne n'a le droit l'erreur, parce que ceux qui en commettent ici en feront là bas. Et une erreur signifie la mort sur Certadhil.
Je m'appelle Alderich de Meld, je suis sergent dans les forces armées d'Iryanna Ariennal. Nous sommes la lune 989 en pleine inspection de troupes.
Le but du jeu dans ce genre de situation c'est d'abord de ne pas se faire remarquer, sinon on est cuit comme on dit. En fait si elle s'arrête devant toi c'est qu'elle a déjà décidé de te virer. Ou alors faut être doué. C'est pas spécialement compliqué.
Un jour c'est moi qui tournerai dans les rangs des hommes pour les engueuler, ou les féliciter. Beaucoup disent que la dame c'est ce qu'elle était avant, c'est pour ça qu'elle est toujours énervée, elle se venge sur nous. C'est peut-être ça le cycle infernal du commandement. Quand t'es soldat tu es martyrisé et quand tu prends du grade, tu te venges sur ceux d'en dessous, et tu maltraites tes soldats. Logique !
Je suis assez malin pour me débrouiller, et avec un peu de chance, j'arriverais à survivre à l'enfer là bas, alors quand je rentrerais je serais commandant peut-être même général. Ils nous donneront des médailles pour y être allés, et en être revenus, et on sera enfin des gens importants. On sera riche !
Suffit que mes hommes suivent correctement mes ordres, et on reviendra tous en vie. Le tout dans une baston, c'est de pas charger trop vite, on laisse passer les tarés fanatiques devant, on attend que l'ennemi se fatigue en peu sur ceux qui gesticulent beaucoup pis après seulement on intervient, on ramasse les miettes et on se couvre de gloire ! Simple, mais efficace. Ca risque d'être plus difficile là bas sur Certadhil, mais de toute façon je supporterai pas de rester ici à rien faire à part récurer les toilettes quand le capitaine a un coup de sang.
Tiens encore qui l'a un peu trop ramené, ciao mon gars, dommage pour toi, ou p't'être tant mieux, dis toi que la miss là elle vient de te sauver la vie.


-----------------------------------


La Dame finit son inspection, après plus de deux heures à errer entre les rangs des soldats, près de la moitié se sont fait virer. Elle monte enfin sur son estrade à côté de ses généraux.
«
- Messieurs, vous êtes ici parce que vous êtes les meilleurs. Vous partirez demain pour les terres maudites de Certadhil. Inutile de vous cacher que l'arrivée sur place sera difficile, il faudra s'attendre à une forte résistance dès notre débarquement, mais j'ai confiance en vous. Confiance en le fait que vous porterez la Lumière sur cette terre souillée par les démons. N'oubliez pas qui vous êtes et ce pourquoi vous vous rendez là bas, nous avons tous un rêve. Le mien est de vous voir rentrer victorieux ! 
Demain à l'aube nous partirons !
En attendant, que la bière coule à flot, et que soit dignement fêté votre départ»
Un cri de joie s'échappe de la masse de soldat, les lances frappent le sol et après quelques minutes, les rangs se dispersent dans une atmosphère étonnamment détendue.
Alors que plus personne ne fait attention à elle, Iryanna se dirige alors vers son donjon la mine plus sombre que jamais. Elle est toutefois rapidement rattrapée par son général.
«- Dame, vous ne venez pas festoyer avec nous ?
- Non. L'heure n'est pas à la fête, je vais plutôt prier pour ceux qui mourront bientôt.
- Allons, ce n'est pas si...
- Oh que si Faeruithir. J'ai parlé à Noir-feu, il m'a expliqué brièvement ce qui se passait là bas. Nous n'avons probablement aucune chance. Tout ce que je veux, c'est continuer de faire croire aux hommes qu'il y a un espoir.»
_________________
"Non nobis Domine, Non nobis sed nomini tuo da Gloriam"


Revenir en haut
Gzor
Combattants du Bien

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2010
Messages: 117
Localisation: Partout. Mais en ce moment sur Certadhil.

MessagePosté le: Mar 2 Nov - 23:14 (2010)    Sujet du message: RP Certadhil Iryanna Ariennal Répondre en citant

 [Certadhil3] - Où un long périple se prépare


http://www.daifen.com/forum/topic.php?id=2950
_________________
Gzor.

Iä, Iä, Cthulhu fhtagn ! Ph'nglui mglw'nfah Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gzor
Combattants du Bien

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2010
Messages: 117
Localisation: Partout. Mais en ce moment sur Certadhil.

MessagePosté le: Mar 2 Nov - 23:14 (2010)    Sujet du message: RP Certadhil Iryanna Ariennal Répondre en citant

Lune 989.


http://www.daifen.com/forum/topic.php?id=2984
_________________
Gzor.

Iä, Iä, Cthulhu fhtagn ! Ph'nglui mglw'nfah Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:47 (2018)    Sujet du message: RP Certadhil Iryanna Ariennal

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    qg pour certadhil 3 Index du Forum -> Role Play -> RP personnel. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com